Agathe Bray-Bourret

Agathe Bray-Bourret

(She/Her) • Montreal, Canada

Engagez-moi

Démo d'animation

Biographie

Née et élevée à Montréal, au Canada, Agathe Bray-Bourret s'est spécialisée dans l'animation cinématographique à l'Université Concordia. Agathe Bray-Bourret représente la fantaisie et l'humour qui se cachent dans la vie quotidienne avec l'aquarelle - son médium préféré. Grande fan de dessins animés, en particulier de dessins animés français, elle aime l'expressivité des personnages de dessins animés. Agathe illustre pour des magazines et des livres, ainsi que pour des publicités commerciales. Ses vidéos musicales et ses courts métrages ont été diffusés dans de nombreux festivals dans le monde entier.

Read more

Quelques clients


Washington Post, Elle Québec, Reader's digest, Natrel, Coup de pouce, Radio Canada, Ogilvy, Sid Lee, Télé Québec, Audiogram, Dare to Care, D magazine, Make Change, Milwaukee magazine,

Read more

Agathe Bray-Bourret

Illustratrice Agathe Bray-Bourret

Pouvez-vous vous rappeler la première fois où vous avez réalisé que vous alliez devenir illustratrice ? Quelles ont été vos premières impressions ?
Je ne m’en souviens pas. Je n’ai jamais su que j’allais devenir illustratrice.

Qui ou quoi a influencé votre art quand vous étiez jeune ?
J’aimais beaucoup les dessins animés. Surtout les dessins animés français. J’étais un grand fan de Gaston Lagaffe et de tous les dessins de Gotlib. J’ai adoré le mouvement des lignes de Sempé. Mon père avait une collection de Fluide Glacial et bien que ses illustrations soient assez vulgaires, j’ai adoré l’expressivité des personnages de ce dessinateur français.

Vous souvenez-vous à quoi ressemblait votre première œuvre d’art ? L’avez-vous toujours ?
Mon premier travail était une peinture d’une danseuse de flamenco. Je me souviens avoir été surpris de voir à quel point cela s’est bien passé. Je n’ai aucune idée de ce qui lui est arrivé. Je l’ai probablement jeté peu de temps après parce que je n’étais pas très fier de ma peinture. J’ai tendance à cacher d’anciens travaux au fur et à mesure que je progresse, mais maintenant que je suis plus âgé, je me retrouve à souhaiter avoir plus de mes travaux antérieurs.

Pourquoi avez-vous choisi l’illustration comme travail de votre vie plutôt que, par exemple, le cinéma, le droit ou même la médecine ?
Je suis aussi dans le cinéma. Je n’ai pas choisi l’illustration ou l’animation. Ce n’était ni mon rêve ni mon ambition. C’est juste ce que j’ai fini par faire. Je déteste les bureaux et la climatisation et j’aime dessiner. Je suis un peu bohème donc le manque de stabilité ne m’a pas dérangé au début. Je suppose que je suis né pour faire ce que je fais. À un moment donné, j’ai pensé: « C’est tellement fou de penser que cela pourrait être ma carrière », mais j’ai continué à faire ce que je faisais. J’ai eu de la chance dans ce sens.

Avez-vous étudié l’art à l’école ?
À l’université, j’ai étudié la production cinématographique. Après avoir terminé l’université, j’ai réalisé que la production cinématographique n’était pas vraiment mon truc. Je me suis souvenu que j’étais bon en dessin quand j’étais plus jeune. J’ai commencé à dessiner pour le plaisir. Je suis retourné à l’école pour l’animation et pour affiner mes compétences en dessin. C’est alors que je suis tombé amoureux de l’animation.

D’où vient votre inspiration ? votre envie de faire de l’art ? Avez-vous une source pour vos idées ?
Je ne m’ennuie jamais. Je suis un rêveur et j’ai une imagination débordante. Je fais partie de ces personnes qui aiment attendre un bus ou regarder par la fenêtre pendant de longs intervalles. J’imagine des choses et je réfléchis. Parfois, j’ai besoin de dessiner quelque chose pour le rendre plus concret ou pour illustrer une idée que j’ai déjà en tête.

Comment décririez-vous le processus de création artistique ?
Créer de l’art procure un sentiment d’accomplissement que peu de choses peuvent offrir. Quand je crée une animation ou une illustration, je me sens vraiment bien. Cela peut expliquer pourquoi les illustrateurs, en général, sont prêts à accepter de mauvaises conditions de travail. C’est parce qu’ils tirent tellement de satisfaction de ce qu’ils font.

Avez-vous un illustrateur préféré ? Qu’est-ce que vous aimez dans le travail de cet illustrateur ?
J’adore Bill Plympton. Il est animateur de longs métrages d’animation pour adultes. Les favoris sont difficiles à choisir. Il y a tellement de grands illustrateurs.

Si vous pouviez faire autre chose que créer de l’art, ce serait quoi ?
J’aimerais être comédien ou avocat. J’ai une passion secrète pour le droit. Quand j’étais jeune, je voulais être avocat, mais ma mère, qui était procureur, m’a découragé de faire du droit. Elle a perdu ses illusions et a souvent dit : « Je ne veux pas que tu deviennes avocate, pourquoi n’essaies-tu pas plutôt l’art ? », alors je l’ai fait.

Vous souvenez-vous de votre premier ensemble de peintures, stylos ou marqueurs ?
Non, mais je suis sûr que les bouchons se sont perdus et qu’ils ont séché assez vite !

Avez-vous un fournisseur d’illustrateur préféré, une méthode préférée ou un endroit préféré, où vous aimez créer des œuvres d’art ?
Je peux vraiment créer n’importe où. Je m’adapte facilement. Tout ce dont j’ai besoin, c’est d’avoir quelque chose à boire à côté de moi. Je ne bois généralement pas ce qu’il y a là parce que je me concentre sur ce que je fais. Il n’est pas rare de me voir tremper mon pinceau dans mon café ou boire une gorgée d’eau d’aquarelle.

Si vous pouviez donner à un spectateur des indices pour comprendre votre art, que diriez-vous ?
J’aime représenter la douceur, la bêtise et l’ironie. Je veux juste résumer les mouvements que j’aime et montrer aux autres comment je vois le monde.

Pourquoi l’art est-il important pour vous ? Pourquoi cela pourrait-il être important pour le monde ?
C’est important parce que cela fait partie du contenu de la vie. Par exemple, la politique et l’argent sont la logistique, l’art est la substance.

Si vous pouviez regarder cent ans en arrière ou en avant, pensez-vous que la vie d’un illustrateur était ou sera meilleure qu’aujourd’hui ?
Je suis presque sûr que les luttes seraient similaires. La question est : la vie de quelqu’un sera-t-elle meilleure dans cent ans ? Je l’espère. Autant que je souhaite de bonnes conditions pour les illustrateurs, il y a de nombreux problèmes urgents et domaines d’inégalité qui doivent être résolus avant qu’il y ait un changement.

Illustrer l’avenir

Nous travaillons avec les créatifs les plus brillants et les plus visionnaires du monde pour donner vie aux concepts les plus audacieux.

Découvrez tous nos artistes
Styles
Artistes