Jiyeun Kang

Jiyeun Kang

(She/Her) • Seoul, S. Korea

Biographie

Ji-yeun Kang est une illustratrice coréenne basée à Séoul.
Elle utilise principalement Photoshop pour produire des graphiques 2D numériques délicats et de haute qualité.
Elle est particulièrement forte dans le détail et l'expression délicate qui transmet des émotions, des humeurs et des thèmes.
Utilisant l'effet aérographe, ses peintures, qui vont et viennent entre photos et graphismes,
sont pleins de subtilité jusque dans les moindres détails et mettent en valeur leurs couleurs intenses.
Son identité coréenne et asiatique crée une atmosphère unique avec ses couleurs colorées uniques et une touche délicate.
Découvrez ses peintures à travers des œuvres existantes et plusieurs œuvres primées
qui a collaboré avec divers clients internationaux tels que le magazine Allure, le Boston Globe, Politico, etc.

Quelques clients


BackPacker, Allure, BostonGlobe, POLITICO, MARRIOTT BONVOY, a.testoni Korea, DaeKyo, JiHakSa, ChangBi, HanSol, Hyunbooks, Halla Group, ChunJae, FROEBEL

Read more

Récompenses


  • American Illustration 40 Selected Winner
  • World Illustration Award 2021 Longlisted
  • Communication Arts 2020 Illustration Shortlisted
  • Illustrators 63 Annual Competition Winner
  • American Illustration 39 Selected Winner
  • Communication Arts 2019 Illustration Shortlisted

Jiyeun Kang

Vos pronoms
Je pense que mon pronom est « Elle », mais je veux l’utiliser s’il y a un autre pronom que tout le monde utilise, quel que soit son sexe.
Le coréen n’est pas classé par sexe et utilise généralement le mot «GueI» pour tout le monde. Mais c’est une expression littéraire, et dans la vie de tous les jours, il y a plusieurs mots qui dénigrent et font référence aux femmes ordinaires. Alors parfois, le pronom qui représente le genre de l’anglais semble bon. Au moins ça ne contient pas le sens de dénigrer, donc ça révèle le genre, mais j’ai l’impression que c’est poli. L’attitude des gens qui utilisent le pronom me le fait sentir.

Comment définissez-vous votre identité ? Vous identifiez-vous à (ou défendez-vous) des communautés marginalisées ?
Je suis une femme coréenne qui vit en Corée du Sud. Je suis mère de deux enfants. J’adore dessiner.
Je pense que les mères et les enfants sont l’un des objets représentatifs de la haine en Corée. Le nombre de mères et d’enfants diminue sensiblement, ils sont donc facilement critiqués. Je me découvre facilement en train de rétrécir avec les enfants. Je ne pense pas être une mère désirable et j’ai toujours peur de l’avenir des enfants.
Je dois donc être plus prudent. Je défends les communautés de mères. Bien sûr, il y a diverses personnes de diverses tendances et situations.

Où est la maison ?
Ma maison est située dans une ville de banlieue un peu loin de Séoul.

Décrivez votre style d’illustration en une phrase
Mon style d’illustration est de présenter délicatement le sujet, l’histoire et l’émotion du personnage.

Qu’est-ce qui allume votre âme en feu ?
Ce qui attire mon attention ces jours-ci, ce sont des choses anodines, des moments de tous les jours. Il y a des choses qui ne sont pas raffinées mais confortables, comme les fleurs et les plantes, les enfants et les animaux, les petits et grands événements de la vie quotidienne et les moments qui brillent en eux.

Quels thèmes aimez-vous explorer dans vos illustrations ?
Mon thème préféré est toujours les histoires imaginatives. Surtout, j’aime lire des histoires de fictions avec des descriptions détaillées de scènes et d’émotions. Spécifiques ou abstraites, les images associées au texte flottent dans ma tête et m’emportent souvent loin.

Quelles techniques utilisez-vous ?
Je travaille habituellement avec des programmes Photoshop en utilisant mon ordinateur portable et mon iPad. Il est particulièrement utile pour communiquer avec des personnes éloignées et travailler ensemble. Mais ces jours-ci, j’essaie de faire du travail manuel petit à petit. C’est un moment qui me rappelle quand j’ai commencé à peindre. Ces jours-ci, je me sens très à l’aise et réconforté par le travail manuel.

Quelle part de vous-même et de votre propre histoire pouvons-nous voir dans votre travail ?
Eh bien, je me sens projeté quand je peins sur des choses que je connais très bien. Lorsque j’exprime un thème qui inclut des Asiatiques, des femmes d’âges et d’expériences similaires, des descriptions d’émotions familières, etc., je me sens affectueux, comme s’il s’agissait de mon alter ego.

Y a-t-il un fil conducteur dans votre travail créatif ?
Mon processus est le collage avec beaucoup de choses semblables. Répertorie les mots-clés liés aux thèmes et collecte des données, y compris la prise de photos et la recherche en ligne. Combine ce que je collectionne et ajoute des éléments graphiques. Les combinaisons inattendues sont également significatives. Puis je les complète avec des représentations délicates.

Pour quoi voulez-vous être connu ?
Je veux m’exprimer et communiquer avec mon illustration et être heureux dans mon quotidien. Mon souhait est d’aimer dessiner le temps pour toujours. Je serais plus heureux si ce moment pouvait être transmis au cœur des autres.

Quels sont les projets qui vous passionnent le plus ?
Mes projets préférés sont les illustrations éditoriales et les livres qui compriment l’histoire ou l’atmosphère dans une scène, comme les magazines, les affiches et les couvertures de livres.

Quel est votre concert de rêve ?
Je veux terminer une œuvre de grande envergure et procéder à l’exposition. Il y a une soif de travail manuel à grande échelle, peut-être parce que le travail numérique s’est prolongé.

Où, quand et comment créez-vous le mieux ?
Dans le passé, je travaillais en utilisant la nuit calme. Depuis peu, j’utilise la journée. Les heures de travail sont aussi courtes que possible, mais c’est agréable de travailler au soleil. Je n’ai pas de studio, mais j’aimerais en avoir un après plusieurs années.

Comment votre style a-t-il évolué depuis vos débuts ?
Je pense que cela va dans le sens d’ajouter une description plus détaillée et délicate. Les caractères simples sont devenus plus tridimensionnels et plus descriptifs. Il était destiné à tirer parti des avantages du travail numérique, mais je pense que la satisfaction personnelle en était également la raison.

Que trouvez-vous le plus difficile dans votre pratique ou dans l’industrie de l’illustration ?
Je pense que c’est pour comprendre et reconnaître clairement le but du projet. Quand il avait été résolu, le processus après cela semblait suivre.
La prochaine chose est un calendrier urgent. Cependant, il existe de nombreuses occasions où le niveau de satisfaction du résultat compense toutes les difficultés. Je pense que ce sont les deux faces de la médaille après tout.

Comment le fait d’être illustratrice a changé votre vie ?
Comme le sens littéral of illustration, c’est une chose qui éclaire ma vie. C’est parce qu’il supporte une période difficile de ma vie et me permet de communiquer avec le monde extérieur. La vie de peintre est si naturelle pour moi qu’il est difficile d’imaginer autre chose. Je ne suis pas une personne qui aime beaucoup communiquer, donc l’illustration est souvent une fenêtre de communication qui me manque. Je prie pour qu’il éclaire ma vie quotidienne et mon avenir comme maintenant.

Citez un outil dont vous ne pouvez pas vous passer !
Mon portable et moi bloc-notes, crayon pomme et vrais crayons !

Parlez-nous d’un projet sur lequel vous avez travaillé et qui a eu du sens pour vous en tant qu’artiste.
Comme mentionné ci-dessus, il existe une série d’œuvres pour les pages de critiques de livres avec le Boston Globe. Un projet avec Allure Magazine était également très impressionnant. Surtout pour ce dernier, c’était sympa d’exprimer mon identité de Coréen dans les illustrations.

Qu’est-ce qui influence ou inspire votre art ?
J’adore les peintures d’artistes surréalistes comme René Magritte, Dali et Remedios Varo. Tamara de Lempicka est aussi ma préférée.

Que diriez-vous à votre jeune moi ?
C’est peut-être dur, mais la vie continuera et un autre bonheur vous reviendra. Ce sera différent de ce que vous avez perdu mais toujours significatif. Alors ne vous fatiguez pas et continuez lentement mais sûrement.

Pourquoi pensez-vous que l’art parle plus fort que les mots ?
Parce que c’est puissant. Le travail d’un artiste ne se fait pas en peu de temps. Il y a une puissance silencieuse en elle car elle contient des années et des expériences que l’artiste n’a pas abandonnées.

Illustrer l’avenir

Nous travaillons avec les créatifs les plus brillants et les plus visionnaires du monde pour donner vie aux concepts les plus audacieux.

Découvrez tous nos artistes
Styles
Artistes