Terry Wong

Terry Wong

(He/Him) • Vancouver, Canada

Engagez-moi

Biographie

Terry Wong est grandement inspiré par son amour précoce pour les dessins animés du samedi matin. Fan des illustrateurs commerciaux des années 40, 50 et 60, de tout ce qui est rétro et des bandes dessinées, Wong dépeint des personnages qui ravissent, amusent et posent. Diplômé de l'Alberta College of Art and Design (aujourd'hui l'Alberta University of the Arts) et de la Vancouver Film School, Terry a ensuite décroché une série d'emplois dans plusieurs sociétés de conception de sites Web. Il travaille maintenant en free-lance. Les illustrations de Terry Wong sont recherchées par les éditeurs, les magazines, les médias et les artistes du monde entier.

Read more

Quelques clients


Scholastic Books, Wall Street Journal, Cirque Du Soliel, Owl Magazine, Cossette, Oxford University Press, Cambridge University Press, National Geographic, Brandever

Read more

Terry Wong

Pouvez-vous vous rappeler la première fois où vous avez réalisé que vous alliez devenir illustratrice ? Quelles ont été vos premières impressions ?
J’ai eu la chance d’avoir un cours au lycée appelé « préparation à la carrière » qui plaçait les étudiants dans des situations de travail réelles pendant une semaine chaque semestre pendant trois semestres.
Ma première « préparation de carrière » s’est déroulée dans un magasin d’enseignes en train de préparer des enseignes en vinyle. Cette situation était trop technique et pas très créative. Après cela, j’ai été placé dans une entreprise de design graphique où je me suis éclaté. J’ai demandé si je pouvais retourner dans cette entreprise pour la troisième « préparation de carrière ». C’est là que j’ai vu pour la première fois l’application pratique du travail en tant que créatif.

Qui ou quoi a influencé votre art quand vous étiez jeune ?
L’une de mes premières influences a été celle de mon père. Je me souviens de lui comme de la toute première personne que j’ai vue s’asseoir et dessiner quelque chose de cool. Enfant, je regardais beaucoup de dessins animés du samedi matin. Mon père sortait de temps en temps un morceau de papier et dessinait un personnage pour moi.
La deuxième influence était un personnage d’une émission télévisée : Mr. Dressup de l’émission CBC du même nom. Il avait parfois un segment dans son émission où il s’asseyait à une table à dessin et dessinait une scène à main levée tout en décrivant ce qu’il faisait.

Vous souvenez-vous à quoi ressemblait votre première œuvre d’art ? L’avez-vous toujours ?
Quand j’avais trois ans, la toute première chose dont je me souviens avoir attiré l’attention de mes parents était une photo du sergent Duex Deux des vieux dessins animés de Pink Panther. J’ai marché vers ma mère pour lui montrer quand j’avais fini de dessiner. Elle a demandé à mon père si c’était le sien. Je lui ai dit que c’était mon dessin. Elle semblait très heureuse.

Pourquoi avez-vous choisi l’illustration comme travail de votre vie plutôt que, par exemple, le cinéma, le droit ou même la médecine ?
Depuis que je suis enfant, l’illustration m’a semblé être la voie la plus claire. L’illustration a été une activité déterminante dans mon enfance. Cela me distinguait de mes pairs. J’ai su très tôt que c’était un domaine dans lequel j’excellais.

Avez-vous étudié l’art à l’école ?
J’ai étudié la communication visuelle à l’Alberta College of Art and Design.

D’où vient votre inspiration ? votre envie de faire de l’art ? Avez-vous une source pour vos idées ?
L’inspiration peut venir à tout moment, sous n’importe quelle forme. L’astuce consiste à être ouvert; reconnaître l’inspiration quand elle vient.

Comment décririez-vous le processus de création artistique ?
Un bon ami à moi disait toujours : « Le concept est roi. C’est là que je commence; avec un super concept.

Avez-vous un illustrateur préféré ? Qu’est-ce que vous aimez dans le travail de cet illustrateur ?
Je n’ai pas d’illustrateur préféré. Je suis un grand fan des illustrateurs commerciaux des années 40, 50 et 60. J’aime aussi le travail que je vois dans de nombreuses bandes dessinées. Un vieux favori sentimental est les dessins animés vintage Hanna Barbera du samedi matin. J’ai une affinité personnelle pour tout ce qui est rétro, c’est pourquoi je suis attiré par les styles du milieu du XXe siècle.

Si vous pouviez faire autre chose que créer de l’art, ce serait quoi ?
Je créerais certainement quelque chose, que ce soit dans le cinéma ou la musique.

Vous souvenez-vous de votre premier ensemble de peintures, stylos ou marqueurs ?
Je ne me souviens pas de ma première série de peintures, de stylos ou de marqueurs. À ce jour, lorsque je dessine, j’utilise toujours le même crayon mécanique que j’ai acheté lors de ma première année d’école d’art.

Avez-vous un fournisseur d’illustrateur préféré, une méthode préférée ou un endroit préféré, où vous aimez créer des œuvres d’art ?
Ma fourniture d’art préférée est un crayon mécanique. Je l’ai utilisé sur presque tous les travaux que j’ai réalisés en tant qu’illustrateur. Ce n’est pas un crayon particulièrement sophistiqué ou coûteux, mais nous avons une longue histoire.

Si vous pouviez donner à un spectateur des indices pour comprendre votre art, que diriez-vous ?
Si une de mes illustrations vous fait sourire, alors vous l’avez.

Pensez-vous que l’illustration a l’œil du public ou la sensibilisation du public à ce domaine pourrait-elle être améliorée ?
L’illustration commerciale a mauvaise réputation car elle est créée pour vendre des choses. Cependant, je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de mal à créer de l’art dans un but précis. L’illustration peut être belle et elle peut aussi affecter la façon dont les gens pensent.

Pourquoi l’art est-il important pour vous ? Pourquoi cela pourrait-il être important pour le monde ?
L’art a toujours été une partie importante de mon identité. Certains des souvenirs les plus anciens et les plus heureux que j’ai sont ceux du dessin et de la création. L’illustration a été constante tout au long de l’enfance, jusqu’à l’adolescence et maintenant dans ma vie d’adulte.

Pourquoi l’art est-il important pour le monde ?
Je dirais que c’est un miroir de la société ; comment nous avons vécu depuis le début de la civilisation. L’art continue de refléter la société dans ses nombreuses formes évolutives, de l’illustration à la musique, à l’écrit, au cinéma et au-delà.

Si vous pouviez regarder cent ans en arrière ou en avant, pensez-vous que la vie d’un illustrateur était ou sera meilleure qu’aujourd’hui ?
Je pense que dans cent ans, la vie d’un illustrateur s’améliorera. Je pense définitivement que nous sommes mieux lotis que les illustrateurs d’une centaine d’annéesalors qu’il y a deux cents ou même trois cents ans, les illustrateurs étaient probablement plus respectés que les illustrateurs d’aujourd’hui.

Cela étant dit, je ne crois pas qu’il y ait autant d’illustrateurs affamés qu’il y en avait autrefois. Pour ne pas dire qu’il n’y en a pas; Je suis sûr qu’ils existent. Je pense que les avenues ouvertes pour gagner sa vie en créant de l’art se multiplient. Surfer sur le web se prête vraiment à travailler sur un support visuel. Partager l’art, qui peut être vu par des millions de personnes, n’a jamais été aussi facile.

Illustrer l’avenir

Nous travaillons avec les créatifs les plus brillants et les plus visionnaires du monde pour donner vie aux concepts les plus audacieux.

Découvrez tous nos artistes
Styles
Artistes