Anny Peng

Anny Peng

(She/Her) • London, UK

Biographie Interview

Anny Peng, illustratrice chinoise basée à Londres, est passée du graphisme à l'illustration. Son travail, marqué par des couleurs vives et des lignes simples, mêle l'humour et l'esprit à des réflexions sur la société contemporaine. Inspiré par des expériences diverses et des événements mondiaux, le style vivant d'Anny trouve un écho dans le monde entier.

Quelques clients


It’s Nice That, Bloomberg, New York Times

Read more

Sectors


Éditorial, édition, commercial

Read more

Récompenses


  • 2020 World Illustration Awards, Highly Commended
  • 2022 NewOne Awards, Shortlisted

Anny Peng

Vos pronoms
Elle/Elle

Comment définissez-vous votre identité ? Vous identifiez-vous à (ou défendez-vous) des communautés marginalisées ?
Une femme originaire d’une petite ville traditionnelle du sud de la Chine, résidant désormais au Royaume-Uni. Après être passée d’une petite ville à une métropole animée comme Londres, j’ai vécu un changement culturel important. Ce voyage a façonné ma perspective, mêlant des éléments de mes racines orientales aux influences de la société occidentale. Ce bagage culturel unique me permet de comprendre diverses perspectives et m’a rendu attentif aux questions de race et de genre. Je soutiens et défends fermement les communautés marginalisées.

Décrivez votre style d’illustration en une phrase
Mon style d’illustration se caractérise par l’absurdité, l’étrangeté et l’humour, satirisant souvent la vie avec des couleurs vibrantes et des métaphores inattendues.

Qu’est-ce qui enflamme votre âme ?
Musique – Je ne peux pas dessiner sans mes brillantes playlists !

Quels thèmes aimez-vous explorer ?
Je trouve l’inspiration dans les histoires et les expériences humaines, qui me servent de carburant créatif. Qu’ils soient décalés, sincères ou carrément absurdes, ces récits enflamment mon imagination. En particulier, je suis attiré par l’exploration de thèmes liés aux problèmes sociaux, à la dynamique de genre et aux expériences des groupes marginalisés. C’est dans ces domaines que je découvre des possibilités infinies d’expression artistique et de narration significative.

Quelles techniques utilisez-vous ?
Je crée principalement des illustrations numériques sur Procreate, je note des idées dans mon carnet de croquis avec des crayons et des marqueurs, et j’explore actuellement l’animation !

Quelle part de vous-même et de votre propre histoire pouvons-nous voir dans votre travail ?
Mon travail est fondamentalement un miroir de moi ! C’est désordonné, décalé et parfois drôle, tout comme moi. La plupart de ce que je crée est inspiré de ma vie quotidienne. Alors, ce personnage aux cheveux en bataille que vous voyez ? Oui, c’est probablement moi !

Pourquoi voulez-vous être connu ?
Mon objectif est d’être reconnu comme un artiste intelligent, décontracté et plein d’humour, connu pour ses œuvres surprenantes et engageantes. Je m’efforce de rendre la collaboration amusante et sans effort.

Quels projets vous passionnent le plus ?
Je suis vraiment enthousiasmé par chaque projet ! Je trouve toujours des aspects intrigants à approfondir, que ce soit à partir du brief lui-même ou du concept initial.

Quel est le concert de vos rêves ?
J’ai une forte passion pour la création d’illustrations éditoriales et pour donner vie à des histoires à travers mes œuvres. Cependant, j’ai également hâte d’explorer des projets divers. Travailler avec des marques ou des publications, par exemple, représente pour moi une opportunité passionnante de me mettre au défi de manière créative.

Où, quand et comment créer au mieux ?
L’inspiration me vient généralement la nuit, lorsque je suis dans ma chambre douillette, de préférence avec une tasse de thé, habillée en pyjama. Le temps est parfait, pas trop froid. Et j’aime avoir de la musique indie ou post-punk en arrière-plan. Les chansons de The Strokes et The Cure sont généralement mes préférées pour ces moments créatifs.

Comment votre style a-t-il évolué depuis vos débuts ?
J’ai commencé à créer de l’« art » quand j’étais enfant, en dessinant souvent sur n’importe quelle surface disponible, sans trop me soucier des normes traditionnelles. Même si mes premiers dessins ont suscité des réactions mitigées de la part de mon entourage, je ne me suis pas découragé. Sans les contraintes de l’éducation artistique formelle, j’étais libre d’explorer ma créativité sans limites. En grandissant, j’ai découvert le surréalisme et je me suis retrouvé attiré par ses éléments bizarres et inattendus. Ceci, associé à mon penchant inné pour la subtilité, m’a amené à incorporer des éléments métaphoriques dans mon travail comme moyen d’expression. Et les métaphores sont devenues une caractéristique de mes dessins, me permettant d’exprimer des idées indirectement et de façonner mon style unique au fil du temps.

Qu’est-ce qui vous pose le plus de défis dans votre pratique ou dans le secteur de l’illustration ?
Pour moi, le plus grand défi consiste à trouver l’équilibre entre ma vision créative personnelle, les exigences de l’industrie et les préférences du public. Il est essentiel de rester fidèle à mon identité artistique au milieu des tendances changeantes et des influences extérieures.

En quoi le fait d’être illustrateur a-t-il changé votre vie ?
Être illustrateur, c’est comme ouvrir la porte de mon cerveau et laisser toutes les idées originales sortir à la vue de tous. Cela a libéré mon imagination et ajouté une étincelle créative à ma vie.

Nommez un outil sans lequel vous ne pouvez pas vivre !
Mon iPad. (Veuillez garder l’eau loin de là, Anny.)

Parlez-nous d’un projet sur lequel vous avez travaillé et qui était significatif pour vous en tant qu’artiste.
Le projet le plus significatif pour moi a eu lieu pendant mes études de premier cycle, lorsque j’ai travaillé sur un petit projet sur l’identité de Londres. Même si j’étudiais alors le graphisme, ma passion pour l’illustration m’a amené à transformer le projet en une série d’illustrations. À ma grande surprise, mon tuteur les a adorés et m’a encouragé à poursuivre mes études en illustration, me suggérant de participer à des concours comme les World Illustration Awards. Par coïncidence, je a découvert que la date limite du concours WIA était le lendemain. J’ai décidé de soumettre mon travail et, à ma grande joie, mes illustrations ont reçu un prix Highly Commended et ont été bien accueillies tant par le public que par les juges. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai réalisé que mes illustrations étaient appréciées des gens et cette expérience m’a donné la confiance nécessaire pour poursuivre une carrière d’illustrateur.

Que diriez-vous à votre jeune ?
C’est normal d’être « bizarre » ; un jour, quelqu’un appréciera votre talent ! X

Pourquoi pensez-vous que l’art est plus éloquent que les mots ?
L’art peut transmettre à la fois le tangible et l’intangible, créant une connexion sensorielle et spirituelle que les mots seuls ne peuvent réaliser.

Illustrer l’avenir

Nous travaillons avec les créatifs les plus brillants et les plus visionnaires du monde pour donner vie aux concepts les plus audacieux.

Découvrez tous nos artistes
Styles
Artistes