Alex Antonescu

Alex Antonescu

(He/Him) • Constanța, Romania

Engagez-moi

Biographie

Alex est un illustrateur basé à Bucarest, en Roumanie. Queer et fier de l'être, il a une personnalité excentrique et colorée qui se reflète dans ses illustrations fantaisistes et pleines de vie. Le style de ses œuvres est polyvalent, diversifié et très inclusif ; l'un de ses principaux objectifs est de représenter chaque communauté et minorité avec fierté. Ses œuvres sont pleines de couleurs, ont une forte présence et ont toujours une signification symbolique derrière elles. Son processus de création commence par des croquis de base qui contiennent l'essence de l'histoire, puis vient le croquis de base numérique et, enfin, la mise en couleur, qui donne vie à l'illustration et complète l'histoire qui doit être transmise.

Read more

Quelques clients


Quebec Office for the Disabled; Government of Quebec, Beer52

Read more

Sectors


Illustration, Whimsical, Conceptual, Editorial, Typography, Graphic Design

Read more

Career Milestones


  • Working with the Government of Quebec as a client
  • Having a special collection of wine bottles labelled with my illustration at Beer52
  • Receiving a masters degree in graphic design and typography

Alex Antonescu

Vos pronoms
Mes pronoms sont He/Him, mais en se mêlant au monde du drag et en étant une personne queer, ils peuvent varier.

Comment définissez-vous votre identité ? Vous identifiez-vous à (ou défendez-vous) des communautés marginalisées ?
Je m’identifie comme queer; Je ne mets pas encore le doigt sur une catégorie parce que j’ai toujours aimé expérimenter et j’ai certainement plus de domaines à trouver, mais je m’identifie certainement comme membre de la communauté LGBTQ+.
En ce qui concerne le soutien et être un défenseur d’une question communautaire, oui ! ; Je donnerai toujours mon tout à tout le monde sous l’arc-en-ciel. Quand j’avais besoin d’aide, que ce soit avec un travail, de l’argent, un logement, n’importe quoi, la communauté queer était là pour moi en premier et je lui rendrai toujours la pareille.

Où est la maison ?
La maison est l’endroit où se trouve le lit que vous avez hâte d’atteindre à la fin d’une longue journée !

Décrivez votre style en une phrase
Réfléchi, symbolique et reconnaissable, mais aussi drôle, fantaisiste et coloré.

Qu’est-ce qui allume votre âme en feu ?
Je pense que je deviens toujours torride et grondant quand le sujet gay arrive. Même si c’est dans le bon ou le mauvais sens, mon cœur commence à battre plus vite et je ressens le besoin de me défouler. D’en parler, de le défendre, de le dessiner, de le soutenir, d’être présent et ainsi de suite.
Mon âme est un arc-en-ciel donc elle sera toujours en feu quand quelque chose en dessous entre en discussion; toujours un sujet intéressant et une grande source d’inspiration.

Quels thèmes aimez-vous explorer ?
J’aime faire des pièces avec une signification symbolique derrière, même si c’est une simple illustration au jour le jour, j’aime cacher une histoire secrète derrière pour la rendre spéciale. Je pense donc que j’aime explorer des thèmes mythiques, des thèmes abstraits et très certainement des thèmes difficiles.
Étant en croissance constante, je peux dire que j’aime les thèmes stimulants et peut-être moins populaires car ils m’aident à évoluer en tant qu’illustrateur.

Quelles techniques utilisez-vous ?
Je travaille principalement avec des appareils numériques pour créer des illustrations, mais je n’ai jamais dit non à la technique traditionnelle. Quand je sens que mon travail n’exprime pas toutes les émotions que je souhaite, je commence toujours à gribouiller à l’encre sur du papier. J’ai l’impression que les traits d’encre sont les lignes les plus expressives que vous puissiez obtenir.
Aussi en ce qui concerne les styles techniques, je pense que je tourne principalement autour des illustrations de bloc, celles éditoriales/publicitaires; J’aime les dessins animés et les traitements colorés, ainsi que la propreté et l’histoire.

Quelle part de vous-même et de votre propre histoire pouvons-nous voir dans votre travail ?
Je donne toujours au client quelque chose que j’aime et quelque chose que j’aimerais recevoir, donc je pense que toutes mes œuvres passent par mon filtre d’appréciation et de goût, mais en ce qui concerne l’histoire de ma propre vie, je pense que cela se retrouve dans tous les petits détails. J’aime incorporer la culture queer, la mode, la diversité et j’aime ça dans toutes mes œuvres et ce sont des extraits de ma vie, peut-être involontairement inspirés par mon style de vie et ce que je vis.
Plus de moi-même, je pense que vous pouvez le voir dans mon style et comment il a évolué. J’ai toujours aimé et embrassé mon obsession et mes connaissances PopArt, donc tous les styles et couleurs de Keith Haring et warholian sont ma propre histoire et peuvent dépeindre qui je suis en tant qu’artiste.

Y a-t-il un fil conducteur dans votre travail créatif ?
Je pense que la seule chose récurrente dans mon flux de travail et la première chose que je fais toujours quand je commence à travailler sur un projet est de paniquer, de m’énerver, de paniquer un peu plus ; …toujours présente. Ensuite, je commence à dessiner et j’arrive à l’essentiel.
J’aime toujours m’inspirer des gens, des livres, des vêtements, des ongles, des photos, des peintures ; chaque fois que je trouve quelque chose qui me fait le lier à une illustration dont je me souviens, mais à chaque fois c’est une histoire différente et unique.

Pour quoi voulez-vous être connu ?
Je veux être connu pour la personne qui aime ce qu’il fait, qui n’arrête jamais de le faire, même si ça ne marche vraiment pas parfois. Je veux être connu comme la personne qui croit en elle-même et inspire les autres à être plus ouverts et aimants. Et clairement être connu comme l’illustrateur de cheveux de guépard.

Quels sont les projets qui vous passionnent le plus ?
Je pense que ceux qui me font le plus peur, ceux qui me poussent à apprendre et me font évoluer. Ceux qui élèvent mon portefeuille et ceux sur lesquels, lorsque j’ai fini de travailler, je regarde en arrière et je dis : « Oh mon Dieu, j’ai fait ça ! »

Quel est votre concert de rêve ?
J’aimerais un contrat avec une maison d’édition qui fait des magazines imprimés, des journaux et des livres. J’ai une maîtrise en typographie et j’adore les imprimeries ; J’aime particulièrement les revues d’art expérimental comme : « Plastik », « Toiletpapper » et « Interview ». Ce serait incroyable de faire une diffusion d’art avec un magazine d’art de toute sorte.

Où, quand et comment créez-vous le mieux ?
Je pense que le meilleur endroit pour créer est à la maison, seul, après une longue journée de recherche, d’exploration, de plaisir et d’inspiration. Avec toutes mes fournitures d’art sur mon bureau, de la musique dans mes écouteurs et en laissant libre cours à ma créativité. Je suis le genre de personne qui travaille sur le concept et le croquis de base tard le soir et quand tout est réglé et compris, j’adore sortir et trouver un endroit agréable pour terminer l’œuvre d’art.

Comment votre style a-t-il évolué depuis vos débuts ?
J’ai commencé l’illustration en accompagnement de ma photographie argentique. Je fais beaucoup de photographie argentique expérimentale et j’ai eu l’idée de créer des personnages et de donner encore plus vie aux images. Ce fut un vrai succès et j’ai tellement aimé la partie illustration que c’est devenu une occupation principale.
Le style en premier lieu était très androgyne et je voulais que toutes mes œuvres et tous mes personnages soient très inclusifs, mais c’était un peu approximatif sur les bords et contenait parfois trop d’informations inutiles. Maintenant, toujours en croissance continue, évoluant et affinant mon style, je pense avoir trouvé un équilibre entre mes valeurs et comment transmettre une histoire bonne et propre au spectateur avec un style plus distinct qui me représente.

Que trouvez-vous le plus difficile dans votre pratique ou dans l’industrie ?
La chose la plus difficile dans l’industrie de l’illustration est, je pense, de trouver un style d’illustration qui se vend, dont les clients ont besoin, mais aussi, un style que vous aimez, qui vous représente en tant qu’artiste et qui vous apporte de la joie lorsque vous travaillez. avec.
Trouver un style d’illustration est la partie la plus difficile car il est en constante amélioration et doit toujours être en phase avec les tendances.

En quoi le fait d’être illustrateur a-t-il changé votre vie ?
Je pense que cette opportunité a changé ma vie et mon point de vue car j’ai toujours aimé dessiner et illustrer mais je n’ai même jamais osé rêver que cela puisse même être un métier possible.
Ici en Roumanie, le poste d’illustrateur n’est pas assez pris au sérieux et j’ai toujours eu des petits boulots pour faire quelques petits dessins et j’ai été payé un peu de monnaie, mais quand j’ai eu mon premier client avec l’agence, j’ai eu un contrat et mon travail était vraiment apprécié, je savais que c’était ce que je voulais faire de ma vie et c’était dans cette direction que je devais me diriger.

Citez un outil dont vous ne pouvez pas vous passer !
L’outil d’effacement ! Les erreurs sont toujours présentes et rien n’est parfait dès le premier essai, alors merci à Dieu pour les œuvres d’art numériques et à quel point il est facile de réparer quelques petits ratés ; sur le papier, il est beaucoup plus difficile de supprimer les éléments indésirables ou de changer les couleurs 🙂

Parlez-nous d’un projet sur lequel vous avez travaillé et qui a eu du sens pour vous en tant qu’artiste.
Le tout premier projet que j’ai eu avec l’agence ! Un gros, gros projet avec le gouvernement du Québec pour la semaine des personnes handicapées. J’ai été chargé de faire les visuels pour les quatre handicaps autour desquels ils tournaient cette année-là. Des illustrations réalisées pour sensibiliser et promouvoir la diversité. Comme je l’ai dit, la diversité, l’inclusivité et l’identité sont des sujets très importants pour moi et celui-ci est l’un des projets les plus incroyables, les plus importants et les plus chers à mon cœur que j’ai jamais réalisés.

Qu’est-ce qui influence ou inspire votre art ?
Je m’inspire des activités quotidiennes, des fleurs, des gens, de la mode, du street art, des musées, des réseaux sociaux, je pense que je mets toujours mes expériences et ma vie sur papier et que je les associe à mon travail. L’illustration est la chose principale dans ma vie et tout ce que je fais, je le mets en corrélation avec mes dessins, donc je pense pouvoir dire que je m’inspire quotidiennement.

Que diriez-vous à votre jeune moi ?
S’il vous plaît, ne cachez pas qui vous êtes, n’ayez pas peur de parler, n’abandonnez pas ce que vous aimez et quelles activités vous apportent de la joie parce que les autres ne les trouvent pas amusantes. Expérimentez, habillez-vous de manière sauvage si vous le souhaitez, allez à ces spectacles de dragsters et dites à maman que vous voulez commencer à illustrer plus rapidement.

Pourquoi pensez-vous que l’art parle plus fort que les mots ?
L’art peut être interprété différemment par chacun, influencé par son propre passé ; une pièce peut parler à quelqu’un avec une intensité différente de celle d’une autre. Aussi l’art peut parler et représenter ce que l’artiste n’a peut-être pas les mots ou même le courage de transmettre. Et de plus, l’art est une œuvre qui parle pour une cause et continuera de parler tant qu’elle sera exposée plutôt que des mots qui sont un moment capturé dans le temps.

Illustrer l’avenir

Nous travaillons avec les créatifs les plus brillants et les plus visionnaires du monde pour donner vie aux concepts les plus audacieux.

Découvrez tous nos artistes
Styles
Artistes